La participation citoyenne en France convainc de plus en plus de collectivités ou d’entreprises.

Bien plus qu’une démarche de participation passive, la participation citoyenne se veut active et doit permettre aux participants de se sentir inclus complètement dans les démarches, du début à la fin et cela, quelle que soit le type de démarche (consultation, votation, budget participatif…)

Le critère de réussite d’une démarche participative n’est pas celui que l’on croit. Bien souvent, chez Cap Collectif, nous avons entendu dire que le succès provient du nombre de participants.

Hors, c’est vous qui décidez des critères de succès. Par exemple, il sera peut être plus intéressant d’avoir 20 propositions pertinentes plutôt que 200 propositions qui ne correspondent pas au thème et doivent être modérées. Ou encore, qu’un pourcentage de la population participe ou même, qu’un tranche d’âge en particulier s’empare de la démarche.

Alors comment augmenter la participation citoyenne dans le bon sens (sans avoir de troll) et rendre la démarche lancée plus connue ?

Les modes de participations

Bien entendu, il n’y a pas qu’une seule façon de faire participer les citoyens à vos démarches.

Multiplier les modes de participation permet de toucher les citoyens ayant des appétences pour le numérique et ceux en ayant moins, permettant de favoriser l’inclusion.

Selon les générations, certains ont plus d’appétence pour les technologies et d’autres moins.

La participation citoyenne en ligne

Nouvelle méthode de participation depuis l’avènement du numérique, les plateformes de participation en ligne permettent de faire participer le plus grand nombre de manière rapide et sécurisée et de n’importe où dans le monde.

Cette pratique est de plus en plus accessible et simplifiée. D’ailleurs, le traitement des informations et des contributions citoyennes sont bien plus facile grâce à des exports et des outils d’analyse.

Les plateformes en ligne permettent de répondre à un grand nombre de demandes comme l’authentification avec le service france connect ou le multilingue (apprécié dans les pays frontaliers ou les régions avec une langue régionale très présente) ou encore l’application de financement participatif. La personnalisation de la plateforme offre la possibilité de lancer d’autres démarches en même temps sur le même support.

De manière générale, 1 personne dédiée est capable de lancer toutes sortes de démarches participatives sur la même plateforme.

Mais le numérique ne convainc pas l’ensemble de la population

La participation citoyenne hors ligne

La participation citoyenne n’a pas attendu le numérique pour se lancer ! Bien avant l’ère d’internet elle se faisait grâce à des moyens physiques.

Des bulletins de vote papier aux questionnaires, les réunions publiques et les sondages étaient et sont toujours des moyens de faire de la participation citoyenne.

Cette méthode est toujours mise en place par certaines collectivités mais cette voix de participation est de moins en moins utilisée toute seule.

En effet, les collectivités qui souhaitent faire participer et faire connaître leurs démarches allient à la fois la dimension physique (urnes, réunions d’information) à la dimension digitale (plateforme en ligne).

Combinées, ces 2 approches se complètent. La participation dite “papier” ou “présentielle” se traduit de plusieurs manières :

  • des urnes de dépôts dans différents lieux (marchés, mairies, préfectures, maisons de quartiers…)
  • des réunions d’informations et / ou d’échanges

De cette manière, les habitants les moins accoutumés aux pratiques numériques peuvent participer. Par la suite, les contributions sont mises en ligne.

La communication

Si vous avez une super démarche mais que vous ne communiquez pas dessus, alors cela ne sert à rien d’avoir une démarche participative.

La communication est essentielle. Et pas seulement au lancement du projet mais bien tout au long de la démarche.

Par souci de transparence d’abord, et pour inciter par la suite à venir participer, que ce soit pour déposer un projet, répondre à un questionnaire ou bien voter pour une proposition.

Nous ne le rappellerons jamais assez, il est important de montrer aux citoyens que leurs avis comptent réellement.

Pour cela, plusieurs moyens de communication existent :

La communication digitale

La plus simple et rapide à mettre en place, elle consiste à communiquer dans un premier temps sur votre site internet. Un article, un encart sur la page d’accueil avec des explications et un lien qui redirige vers votre plateforme, c’est déjà un coup de boost pour vos projets participatifs en ligne.

Ensuite, les réseaux sociaux sont un bon moyen de toucher les habitants.

Pour faire connaître votre démarche, il est aussi possible de mobiliser les participants en les incitant à publier sur les réseaux sociaux leurs contributions ou lors des étapes de votes, de faire de la publicité auprès de leur réseau pour récolter des votes.

Bien sûr il existe d’autres moyens pour communiquer en ligne sur un projet participatif, mais ceux-ci nécessitent un investissement financier et souvent des connaissances techniques.

La communication classique

La communication classique est aussi un excellent moyen de communication. Les techniques sont maîtrisées depuis des années et les citoyens connaissent ce canal historique de communication des collectivités.

Magazine de la commune ou de la région, affichage municipal, panneaux lumineux, prospectus et réunions d’information sont autant d’outils que les collectivités peuvent utiliser pour faire connaître le projet participatif.

Certaines collectivités utilisatrices d’une plateforme Cap Collectif font de la publicité pour la démarche sur les marchés. Comme vu plus haut, en même temps qu’une urne et des formulaires de dépôts sont mis à disposition (dans certaines démarches participatives), les agents font également la promotion de la plateforme pour inciter les habitants à participer.

Ils sont les plus à même de rassurer et de montrer la motivation de l’équipe municipale à faire de ce projet un succès.

Qui mobiliser ?

Que ce soit de manière classique ou digitale, vous pouvez mobiliser certains acteurs pour augmenter la participation sur votre plateforme.

Sollicitez les citoyens participants

Lors de l’étape de vote d’un budget participatif, les citoyens peuvent faire la promotion de leurs propres idées.

La ville de Rennes à par exemple mis en place un kit de communication à destination des citoyens avec plusieurs affiches en différents formats pour qu’ils puissent communiquer sur leurs projets.

Sollicitez les associations

Lors d’un budget participatif, si la démarche est accessible aux associations et qu’elles peuvent déposer un projet, les adhérents peuvent alors aller voter pour la proposition de leur association et peut-être même, ensuite, proposer une nouvelle idée.

Demandez à une personnalité

Certainement la moins évidente des solutions, si vous avez la chance qu’une personnalité se trouve dans votre commune, alors lui demander de faire la promotion de votre démarche peut avoir un impact positif.

Pour conclure

Le meilleur moyen d’augmenter le nombre de participants est avant tout de lancer des  projets participatifs qui ont du sens, avec des engagements qui sont pris et des retombés visibles par la suite.

Le tout allié à une communication sur plusieurs supports (à la fois digital et classique) ne peut qu’améliorer la notoriété de votre projet.

Par exemple, vous pouvez :

  • Faire des posts sur les réseaux sociaux de la ville
  • Mettre le lien de votre plateforme sur la page d’accueil du site de la commune
  • Faire connaître la démarche sur le journal de la ville
  • Mettre à disposition des urnes de vote et des formulaires de dépôt à la mairie et sur les marchés / brocantes

Vous avez des questions concernant les projets participatifs ?